Prisonniers politiques sahraouis: le Front Polisario appelle au respect "scrupuleux" du droit international humanitaire

Paris,  03 juil 2017 (SPS) Le Front Polisario, représentant légitime du  peuple sahraoui, a appelé jeudi les organisations internationales à  collaborer au respect "scrupuleux" du droit international humanitaire en  faveur des prisonniers sahraouis détenus par le Maroc.

Le Front Polisario appelle "instamment les organisations internationales à  collaborer au respect scrupuleux du droit international en matière  humanitaire et pour ce qui a trait aux prisonniers sahraouis en veillant,  notamment, à ce que les personnes protégées détenues puissent recevoir la visite des délégués du Comité international de la Croix-Rouge, conformément  aux dispositions de l'article 143 de la Quatrième Convention", a déclaré M’hamed Khaddad, membre du secrétariat national du Front Polisario et  coordinateur du Front Polisario avec la Mission des Nations unies pour  l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental  (Minurso).

Le président de la République,  Secrétaire général du Polisario, Brahim Ghali, vient d’envoyer une lettre au président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans laquelle il a rappelé que les prisonniers politiques devaient être jugés et détenus en territoire occupé sous peine de commettre une violation grave des  dispositions de la Quatrième Convention de Genève.

Il a également rappelé la nécessité d'"enquêter de manière impartiale sur les tortures auxquelles les prisonniers ont été soumis", exhortant le CICR  à "intervenir" auprès des autorités d’occupation pour "mettre fin à  l’ensemble de ces violations et veiller à ce qu’ils soient traités  conformément aux normes du droit international humanitaire et notamment la  Quatrième convention de Genève qui vise à protéger les civils", a précisé  M. Khaddad qui était de passage à Paris.

Le Front Polisario, dont la déclaration d’adhésion aux conventions de  Genève a été acceptée en 2015 par le gouvernement suisse, Etat dépositaire  des dites conventions, a déploré la situation "préoccupante" dans laquelle  se trouvent les prisonniers politiques sahraouis détenus par les autorités  marocaines et notamment les prisonniers de Gdeim Izik, a-t-il ajouté,  réaffirmant qu’il est "fermement déterminé" à appliquer les Conventions de  Genève dans le conflit qui l’oppose au Maroc depuis l’invasion, condamnée  par les Nations unies, du territoire du Sahara occidental.

Le Front Polisario a indiqué que l’article 2 commun aux quatre Conventions  de Genève précise que la Convention s’appliquera également dans tous les  cas d’occupation, soulignant que les personnes civiles qui se trouvent sur  le territoire occupé du Sahara occidental "ne peuvent être privées, en aucun cas ni d'aucune manière, du bénéfice des Conventions et que l’article  4 de la Quatrième Convention protège +les personnes qui, à un moment  quelconque et de quelque manière que ce soit, se trouvent, en cas de  conflit ou d'occupation, au pouvoir d'une Partie au conflit ou d'une Puissance occupante dont elles ne sont pas ressortissantes+".

Le Front Polisario rappelle, dans ce cadre, que "la puissance occupante  qu’est le Maroc est liée, notamment pour la durée de l’occupation, par les  dispositions relatives à l’interdiction des déportations et à  l’interdiction de la soumission à la torture et/ou tout autre traitement dégradant", exigeant que les prisonniers de Gdeim Izik et tous les autres  prisonniers soient en application de l’article 76 de la Quatrième  Convention transférés dans les territoires.

"Le mouvement de libération du Sahara occidental, a expliqué Khaddad,  considère que de telles déportations  constituent des violations graves de  la Quatrième Convention", demandant qu’il soit "immédiatement et  définitivement mis fin à ces déportations". (SPS)

020/090/700