Sahara occidental: le Maroc a échoué en dépit de ses diplomates et services de renseignements à influencer la position des pays africains (Ould Salek)

Alger, 10 juil 2017 (SPS) Le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek a affirmé que le Maroc a, en dépit de son arsenal de diplomates et d'agents de renseignement, dépêché en Ethiopie à l'occasion du 29eme sommet de l'Union Africaine, échoué à influencer la position des pays africains concernant la question sahraouie et à modifier les règles juridiques et les principes fondamentaux sous tendant la position africaine vis-à-vis de cette cause juste.

"Le Maroc a en dépit de son arsenal de diplomates et d'agents de renseignement, dépêché en Ethiopie à l'occasion du 29eme sommet de l'Union Africaine, échoué à influencer la position des pays africains concernant la question sahraouie et à modifier les règles juridiques et les principes fondamentaux sous tendant la position africaine vis-à-vis de cette cause juste, a déclaré M. Ould Salek lors d'une conférence de presse animée au  siège de l'ambassade de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) à Alger, au lendemain du 29eme sommet des chefs d'Etats et de gouvernements de l'Union Africaine (UA) à Addis Abeba.

Rappelant les engagements pris en faveur de la cause sahraouie lors de ce sommet, le chef de la diplomatie sahraouie a qualifié de "fait marquant" la présence du Royaume du Maroc aux côtés de la RASD en leurs qualités de membres fondateur pour cette dernière et de 55eme membre pour le premier.

Pour le responsable sahraoui, le Maroc a obtenu l'effet inverse de ce qu'il aspirait en adhérant à l'UA, à savoir neutraliser l'organisation panafricaine et la tenir à l'écart des efforts de la Communauté internationale visant à permettre au peuple sahraoui d'exercer ses droits inaliénables à l'autodétermination et à l'indépendance".

L'UA a appelé à la nécessité de relancer les négociations et le dialogue direct entre la RASD et le Royaume du Maroc afin de mettre un terme à ce conflit sur la base des décisions et des résolutions de l'UA et de l'ONU pertinentes, a-t-il rappelé dans ce sens.

== La Citadelle africaine a signifié au Maroc que l'occupation d'un territoire voisin par la force est inadmissible==

Abordant, les décisions africaines en faveur de la question sahraouie, Ould Salek a précisé que "la citadelle africaine (UA) a signifié au Maroc que la violation des frontières et l'occupation d'un territoire voisin par la force et le non respect des décisions et des résolutions sont inadmissibles et qu'autant sont inacceptables les manœuvres de corruption et de pressions exercés sur les pays dans les salles de réunion et les hôtels comme cela avait été le cas lors du sommet d'Addis Abeba".

Il a rappelé que les participants à ce sommet avait affirmé que  "l'adhésion ou non du Maroc à l'UA n'avait aucun impact sur les positions  de l'organisation panafricain qui doivent être respectées", estimant que le  Maroc "ne sortira de son isolement tant au sein qu'en dehors de l'Organisation, que s'il mettait fin à l'occupation illégal des territoires sahraouis et reconnaissait les frontières reconnues au niveau international".

"Reste à savoir comment l'occupant marocain va agir face aux décisions du sommet de charger le président de l'UA, le président de la Commission africaine, le Conseil de paix et de sécurité et le haut représentant de  l'UA au Sahara Occidental d'agir en vue de mettre un terme au conflit entre ces deux pays membres de l'UA et de réactiver "le comité des sages", a ajouté le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem ould Salek.

"L'isolement se poursuivra pour le Maroc s'il persiste dans sa politique d'intransigeance et de tergiversation et sera plus fort que lorsqu'il avait opté pour la politique de la chaise vide, car il nage à contre-courant", a  estimé M. Ould Salek. (SPS)

020/090/700