La gauche européenne exprime sa "pleine solidarité" avec les prisonniers sahraouis de "Gdeim Izik"

Bruxelles, 01 juin 2017 (SPS) Le groupe politique Gauche unitaire  européenne/ Gauche verte (GUE/NGL) au Parlement européen a exprimé jeudi sa  "pleine solidarité" avec les prisonniers politiques sahraouis du groupe dit  de "Gdeim Izik", appelant les autorités marocaines d'occupation à les  libérer.

"Le GUE / NGL exprime sa pleine solidarité avec les détenus du groupe  Gdeim Izik et demande aux autorités marocaines de libérer tous les  prisonniers", a réclamé ce groupe politique dans une déclaration publiée ce  jeudi.

Le GUE/NGL a exprimé également son "soutien aux efforts visant à parvenir  à une solution juste qui garantira l'autodétermination du peuple sahraoui,  conformément aux résolutions de l'ONU et dans le cadre d'arrangements  compatibles avec le droit international et les principes et les buts de la Charte des Nations unies".

Les députés européens du GUE/NGL ont demandé l'annulation de la sentence  du tribunal militaire à l'encontre des prisonniers sahraouis du groupe de  "Gdeim Izik", fondée essentiellement sur des aveux obtenus sous la torture, soutenant que ces détenus sont des prisonniers politiques.

"La base de l'acte d'accusation sont des documents signés sous une torture  extrême, comme en témoigne la décision du Comité des Nations Unies contre  la torture en décembre 2016", a dénoncé le GUE/NGL qui a fait état de  l'existence de rapports médicaux qui confirment que les aveux ont été  extorqués sous la torture, mais ont été ignorés par les autorités  marocaines.

En effet, face au refus des autorités marocaines d'enquêter sur les  tortures infligées aux prisonniers de "Gdeim Izik", l'ONG française "Action  des Chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT)" a porté plainte auprès  du comité contre la torture des Nations unies.

Après deux ans et demi de procédure, le comité a rendu sa décision le 12  décembre dernier condamnant le Maroc pour la torture de Naâma Asfari, un  des prisonniers du groupe de "Gdeim Izik", son emprisonnement sur la base  d'aveux forcés et pour avoir refusé d'enquêter sur les allégations de  torture.

Le GUE/NGL a déploré, en outre, les "violations répétées de la loi" et  "l'agressivité des autorités marocaines" affichée lors du déroulement du  procès des 25 militants sahraouis du groupe de "Gdeim Izik", ainsi que  l'expulsion de la salle d'audience, lors de la dernière session de ce  procès, de deux avocats français de la défense.

"L'un d'entre eux a été agressé physiquement et a déposé plainte, par la  suite, en France", a affirmé le GUE/NGL dans sa déclaration.

En février 2013, 25 militants et défenseurs de droits de l’homme sahraouis  ont été condamnés par un tribunal militaire marocain à de lourdes peines en  raison de leur participation au camp de protestation sahraoui de Gdeim Izik  en 2010. Les condamnations ont été prononcées sur la base d’aveux obtenus  sous la torture, à l’issue d’un procès inique marqué notamment par le refus d’entendre des témoins cités par la défense, ont dénoncé des ONG de défense  des droits de l’homme telles qu’Amnesty international, HRW et l’ACAT.

Le 27 juillet 2016, la Cour de cassation marocaine avait annulé, sous la  pression d'organisations internationales de défense de droits de l'homme et  de juristes militants, la condamnation injuste prononcée par un tribunal  militaire à l'encontre de ces militants sahraouis. Le procès a repris le 26  décembre 2016. Depuis, le procès a été reporté à quatre reprises. (SPS)

020/090/700