Espagne : le Conseil provincial de Salamanque exige le respect de l’arrêt de la CJUE sur le Sahara occidental

Madrid,1 juin  2017(SPS) Le conseil provincial de Salamanque a exigé le respect de l’arrêt de la cour de justice de l’UE qui stipule que les accords commerciaux entre l’Union européenne et le Maroc ne s’appliquent pas au Sahara occidental.

Le conseil de Salamanque rappelle dans une déclaration que l’arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016 a conclu que le Sahara occidental ne fait pas partie du Maroc ce qui signifie que tout accord commercial entre l’UE et le Maroc n’est pas applicable dans cette région et "de ce fait aucune transaction commerciale relative aux ressources naturelles sahraouies ne peut être effectuée sans le consentement du peuple sahraoui".

Pour ces raisons, le conseil provincial de Salamanque a appelé dans sa déclaration, à respecter l’arrêt de la CJUE pour être en conformité avec le droit international et européen.

"Toute activité commerciale effectuée au Sahara occidental sans le consentement du peuple sahraoui est illégale", a-t-on tenu de rappeler avant d’inviter les entreprises européennes et espagnoles d’agir conformément au droit international et européen et de cesser toute les activités d’exploitation des ressources naturelles sahraouies qui "peuvent favoriser la perpétuation de l’occupation marocaine du Sahara occidental".

Le conseil a par ailleurs exhorté les autorités espagnoles à mettre en œuvre la législation en vigueur sur la base de l’arrêt récent de la Cour européenne.

Le conseil provincial de Salamanque a enfin réitère sa solidarité et celle de la population de Salamanque avec le peuple sahraoui et exige "une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable par le biais d’un référendum d’autodétermination pour mettre fin, une bonne fois pour toute, a ce conflit qui dure depuis plus de 40 ans".

En Espagne, plusieurs parlements régionaux ainsi que des communes ont appelé au cours des dernières semaines, au respect de l’arrêt de la CJUE pour être en conformité avec le droit international et européen tout en exhortant les entreprises espagnoles et autres à respecter l’arrêt de justice.

Des associations ainsi que des partis politiques espagnols amis avec le peuple sahraoui continuent de dénoncer les exploitations illégales de produits provenant du territoire sahraoui occupé comme c’était le cas durant les derniers jours du mois de mai où un navire provenant d’El Aaiun occupé avait déchargé au port de Palma 35 milles tonnes de sable.

Ce pillage illégal des ressources sahraouies, rappelle-t-on, a "été fortement dénoncé par l’association des Baléares amie avec le peuple sahraoui ainsi que des hommes politiques du parlement et du gouvernement de cette région espagnole". (SPS)

020/090/700