L’UE doit proclamer la souveraineté du peuple sahraoui sur ses ressources naturelles

Paris, 30 mai 2017 (SPS) L’Union européenne (UE) doit proclamer la  souveraineté du peuple sahraoui sur ses ressources naturelles, a affirmé  mardi l’Association des amis de la République arabe sahraouie démocratique  (AARASD), estimant pas acceptable de céder aux pressions marocaines.

Quand les positions de l’UE ont toujours été de suivre le droit  international, que celui-ci proclame la souveraineté du peuple sahraoui sur  ses ressources naturelles, il n’est pas acceptable de céder aux pressions  du royaume marocain uniquement préoccupé de s’accaparer ces ressources, a  expliqué l’AARASD dans un communiqué en réaction à la décision de l’UE de  renégocier son accord d’association avec le Maroc.

Pour cette association française qui soutient la cause sahraouie,  l’intention de cette décision, qu’elle qualifie  d’illégale, est de se donner la possibilité de qualifier les produits issus  du Sahara occidental comme étant originaires du Maroc.

Cette décision serait parfaitement illégale, compte tenu de l’arrêt de la  Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) du 21 décembre 2016 qui  déclare, en conformité avec le droit international, que le Sahara  occidental est un territoire séparé et distinct du Maroc, sur lequel le  royaume n’a aucune souveraineté, et que tous actes commerciaux concernant  des produits issus de ce territoire (phosphates, pêche, huiles de poisson,  tomates et melons, sable, sel) ne peuvent se faire sans le consentement du  peuple sahraoui, a-t-elle rappelé, se disant certaine que c’est sur ce  dernier point que le mandat de la Commission pourrait jouer afin de trouver  moyen de contourner l’arrêt de la CJUE.

L’AARASD pense qu’il s’agirait de remplacer le consentement du peuple  sahraoui par celui de la population vivant au Sahara occidental occupé,  laquelle est composée en très grande majorité de colons marocains,  soulignant que seul le Front Polisario, reconnu par l’ONU comme son  représentant unique et légitime, peut le faire.

Elle avertit les Etats membres de l’UE qu’ils doivent savoir les dangers  qu’il y aurait à suivre cette incitation à détourner l’esprit et la lettre  de l’arrêt de la CJUE , faisant remarquer que le Front Polisario est décidé  à faire valoir les droits du peuple sahraoui, et la justice européenne peut  maintenant l’y aider .

Le Front Polisario a condamné lundi fermement la proposition de la  Commission européenne pour la renégociation de l'accord d'association  UE-Maroc, appelant ses Etats membres à la rejeter en raison du fait qu’elle  constitue une violation de la décision de la CJUE et des principes  fondamentaux du droit international.

L'observatoire des ressources naturelles au Sahara occidental (WSRW) a  révélé, il y a quelques jours, que la Commission européenne a demandé aux  Etats membres de l'UE un mandat pour réexaminer l'accord de libéralisation  avec le Maroc afin d'inclure des produits provenant des territoires occupés du Sahara occidental. (SPS)

020/090/700