Séminaire des Caraïbes : l’ONU appelée à accélérer le processus de décolonisation du Sahara Occidental

King Stown (Saint-Vincent et les Grenadines), 20 mai 2017 (SPS) Les participants au séminaire régional des Caraïbes sur la décolonisation, organisé par le Comité des 24 de l’ONU, ont appelé l’organisation des Nations Unies à accélérer le processus de décolonisation du Sahara Occidental en réclamant la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui.

Le séminaire de trois jours tenu à Kingstown et consacré à l’avenir de la décolonisation des 17 territoires non autonomes inscrit à l’agenda de l’ONU, a souligné la nécessité de revitaliser le Comité spécial de la décolonisation de l’ONU, dit comité des 24 afin qu’il puisse atteindre ses objectifs.

Se faisant l’écho d’une préoccupation commune, l’expert du Comité, Judith Bourne, a déclaré que sans "une réévaluation et une restructuration drastiques et approfondies du travail du Comité (...) la troisième Décennie Internationale de l’élimination du colonialisme pourrait simplement se transformer en quatrième et cinquième décennie jusqu'à ce que l'effort s’amenuise par la négligence et l'inactivité".

"Les processus de décolonisation sont à la traîne", ont constaté les participants. Depuis la proclamation de l’indépendance de Timore-Leste en 2002, les 17 territoires non autonomes attendent depuis longtemps d’exercer leur droit à l’autodétermination.

"Il y va de la crédibilité du comité onusien de peser de tout son poids pour mettre en œuvre la troisième Décennie de l’élimination de colonialisme", ont –il relevé lors de ce séminaire organisé à l’occasion de la semaine de solidarité avec les peuples des territoires non autonomes.

M. Arcia Vivas qui s’exprimait au nom du président du Comité, l’ambassadeur vénézuélien Rafael Dario Ramirez Carreno, a indiqué que "l’ONU ne devrait pas perdre de vue la résolution 1514 de l’Assemblée générale qui a déclaré que la colonisation a miné le droit des peuples coloniaux à l’autodétermination".

Le représentant du Venezuela qui s’est attardé sur la question du pillage des ressources naturelles de ces territoires, a regretté que "le processus de décolonisation reste en suspens".

La question du Sahara Occidental, largement débattue au cours de ce séminaire, doit "faire objet d’un examen continu" de la part du Comité des 24 conformément aux recommandations de l’Assemblée générale, a affirmé la représentante de Cuba, exprimant son soutien à la relance des négociations entre le Front Polisario et le Maroc.

Intervenant au cours des travaux du séminaire, le représentant de l’Algérie a déclaré que la communauté internationale devrait continuer à apporter son appui au Comité onusien afin de l’aider à remplir son mandat.

Sur la question du Sahara Occidental, le représentant de l’Algérie a relevé que les solutions biaisées n’allaient pas garantir un avenir pacifique pour la région.

En exprimant son soutien aux efforts du Conseil de sécurité et du chef de l’ONU pour relancer les négociations, le représentant de l’Algérie a rappelé les différentes décisions des tribunaux internationaux qui ont réaffirmé que le Sahara Occidental ne fait pas partie du territoire marocain.

Le Comité des 24 devrait joindre ses efforts à ceux de l’Union Africaine afin de parvenir à une solution durable garantissant le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, a-t-il ajouté.

Mettant à nu la politique coloniale de Rabat, le représentant de l’Algérie a rappelé que c’est le Maroc qui avait proposé la partition du Sahara Occidental ce qui constitue une preuve irréversible que sa revendication territoriale est infondée.

De son côté le représentant du Zimbabwe, a appelé à la mise en œuvre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité sur le Sahara Occidental et a suggéré au Comité des 24 d’organiser une visite dans les territoires occupés pour évaluer sur le terrain la situation du peuple sahraoui.

Le représentant du Front Polisario, Boukhari Ahmed, présent à cette rencontre, a fourni pour sa part une série de clarifications concernant le conflit au Sahara Occidental. Les différentes résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU, a-t-il précisé, ont affirmé que la présence marocaine au Sahara Occidental est "une occupation militaire".

Il a ajouté que la tenue d’un référendum d’autodétermination, prévue par l’ONU a été bloqué par le Maroc qui tente également, par des procédés illégaux, d’imposer des pseudos élus comme des représentants du peuple sahraoui, alors que le Comité des 24 a consacré définitivement en 2016 le Front Polisario comme seul représentant légitime.

Le séminaire a passé en revue la situation des 17 territoires non autonomes relevant du Comité spécial. Les conclusions qui en ont découlé seront examinées par le Comité spécial lors de sa session de fond prévue en juin, puis transmises à l’Assemblée générale de l’ONU.(SPS)

020/090/700