Ceas-Sahara lance la campagne "pour une Minurso avec des compétences de surveillance des droits de l’Homme"

Madrid, 18 avr 2017 (SPS) La coordination espagnole des associations  amies avec le Sahara occidental (ceas-sahara) vient de lancer une campagne  intitulée "pour une Minurso avec des compétences de surveillance et de  protection des droits de l’Homme au Sahara occidental".

La Ceas-Sahara a rappelé, dans un communiqué publié sur son site web, que  vers la fin de ce mois d’avril, le Conseil de sécurité des Nations unies  discutera du renouvellement du mandat de la Minurso (mission des Nations  unies pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara  occidental) avant de mettre l’accent sur le fait que cette mission spéciale  de l’ONU est la seule qui n’a pas le pouvoir de contrôler les droits de  l’Homme et pourtant, poursuit le communiqué, tout le monde (hommes et  femmes) connaissent les abus et violations commises par les autorités marocaines contre la population sahraouie dans les trritoires occupés du Sahara  occidental. 

A partir de ce constat, la coordination espagnole des associations amies  avec le peuple sahraoui a lancé cette campagne pour changer cette réalité,  lors du prochain vote du Conseil de sécurité, a-t-on expliqué, tout en  appelant le mouvement international de solidarité avec le Sahara occidental et particulièrement le mouvement espagnol a soutenir cette campagne et à  aider au maximum, à sa diffusion sur les réseaux sociaux et par les  contacts directs.

Le texte de la Ceas-Sahara recommande également à tous les signataires  solidaires avec cette cause d’envoyer une lettre personnelle à chacun des  pays membres du Conseil de sécurité afin de les sensibiliser davantage pour  intégrer dans la résolution qui va renouveler le mandat de la Minurso, la  compétence de la surveillance des droits de l’homme.

Le mouvement espagnol de solidarité avec le Sahara occidental avait  demandé, début avril courant, au Conseil des droits de l’homme de l’ONU à  Genève d’enquêter sur la situation du peuple sahraoui vivant dans les zones  occupées durant le mois de mai prochain au cours de son examen périodique  des droits de l’homme au Maroc .

La Ceas-Sahara et la fédération des institutions solidaires avec le Sahara  occidental (Fedissah) avaient souligné dans un communiqué, avoir envoyé une  lettre d’information à tous les pays, actuellement membres du Conseil des  droits de l’homme de l’ONU afin d’attirer leur attention sur la situation  des droits de l’homme au Sahara occidental.

 Ces organisations amies avec le peuple sahraoui avaient indiqué que le  Sahara ocidental, reste le seul territoire non autonome sous occupation et  sans puissance administrante reconnue au niveau international, et par  conséquent ses habitants devraient jouir des droits qui sont inhérents à  tout être humain.

Ces deux organisations avaient souligné la nécessité pour les Nations  unies et la communauté internationale de surveiller et de protéger les  droits de l’homme du peuple sahraoui avant de demander, le renforcement de  la Minurso pour qu’elle puisse accomplir pleinement ses taches en étendant  ses compétences à la protection et à la promotion des droits de l’homme. (SPS)

020/090/700