Les entreprises européennes et espagnoles appelées à cesser leurs activités au Sahara occidental

Madrid, 03 mars 2017 (SPS) Le parlement basque a appelé vendredi, les entreprises européennes et espagnoles travaillant au Sahara occidental de cesser leurs activités dans ce territoire occupé et d’agir "conformément au droit international et européen".

Dans une déclaration officielle approuvée vendredi et rapportée par la presse espagnole, le parlement basque a demandé les entreprises européennes et espagnoles de se "conformer au droit international et européen" et de cesser toutes "leurs activités qui peuvent favoriser la perpétuation de l’occupation marocaine du Sahara occidental et l’exploitation de ses ressources naturelles".

Cette déclaration du parlement basque, a-t-on signalé se réfère à l'arrêt du 21 décembre dernier émis par la Cour européenne de justice  qui a souligné que "l’accord commercial UE-Maroc n’est pas applicable au Sahara occidental".

Il (le Parlement basque) rappelle que cette décision signifie que tout accord commercial entre l'Union européenne et le Maroc n’est pas  applicable au Sahara occidental, et que toute activité commerciale, ou d'exportation des  ressources naturelles du Sahara occidental "ne peut être effectuée sans le consentement du peuple sahraoui".

Le parlement basque ajoute dans sa déclaration que cet arrêt de la cour de justice européenne "doit être exécuté par les autorités européennes et il est de leur devoir de le respecter", tout en rappelant par ailleurs que l’Espagne qui a  abandonné le Sahara occidental en laissant le processus de décolonisation inachevé doit "assumer sa responsabilité historique, juridique et moral envers le peuple sahraoui".

Compte tenu de toutes ces raisons, souligne la déclaration officielle, "le Parlement basque  réitère son appel "au respect de l’arrêt de la cour de justice européenne qui exclut de l’accord commercial entre l’UE et le Maroc, le territoire du Sahara occidental, tout en exprimant son inquiétude au sujet "de l’exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental par les entreprises européennes "qui est contraire  et illégale par rapport au droit international et européen".

Le parlement basque demande instamment à, toutes les autorités "à mettre en œuvre la législation existante sur la base de la récente décision de la cour de justice européenne".

Dans sa déclaration, le parlement basque souligne enfin, qu’il rejoint la solidarité actuelle de la société basque qui a passé des années à exiger "une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable à travers la tenue d’un référendum d’autodétermination qui permettra au peuple sahraoui de décider librement et démocratiquement de son avenir et de mettre fin à ce conflit". (SPS)

020/090/700 031600 MARS 017 SPS