Le conseil des iles canaries soutient le droit à l’autodétermination au Sahara occidental

Madrid, 21 fév 2017 (SPS) Le conseil de la province des iles canaries vient de réitérer son soutien au droit à l’autodétermination au Sahara occidental, a indiqué, Carmelo Ramirez, le responsable de la solidarité internationale dans cette province espagnole.

Carmelo Ramirez qui a qualifié, dans un communiqué, la situation au Sahara occidental "d’inquiétante" rappelle que "depuis l’abandon par l’Espagne du Sahara occidental, cette dernière considérée par l’ONU comme territoire non autonome en attente de décolonisation, est soumise depuis plus de 41 ans à une occupation illégale par le Maroc".

Le même responsable a rappelé que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) est membre de l'Union africaine et reconnue par plusieurs pays tout en soulignant par ailleurs que "la situation dans la région a empiré depuis Août dernier quand une unité militaire marocaine a franchi le mur dans la zone d’El Guergarat, au sud du Sahara occidental".

Ramirez a ajouté qu'il ya, à l'heure actuelle "une grande préoccupation au sujet de la violation des droits de l'homme au Sahara occidental" selon les rapports des délégations d’observateurs internationaux qui ont pu visiter la région. Il a également souligné que "cette situation crée un climat de répression et d’intimidation de la population sahraouie qui souffre de toutes sortes de violations de ses droits politiques, sociaux et économiques".

"La torture, les arrestations illégales, les procès sans garantie de droits, les condamnations injustifiées, l'interdiction de la présence d'observateurs des droits de l'homme dans le territoire crée un climat de violence qui ne fait qu'empirer la situation", a-t-il précisé.

Ramirez estime également que le procès des 24 militants sahraouis du groupe de Gdeim Izik condamnés injustement à de lourdes peines constitue "l’une des plus graves violations des droits de la population sahraouie puisqu’il n’offre aucune garantie aux détenus qui subissent toutes sortes de tortures".

A cet effet, souligne la même source, le conseil de la province des iles canaries réitère son soutien pour le droit reconnu du peuple sahraoui à l’autodétermination par le biais d’un référendum libre et démocratique, tel que reconnu par le droit international et les multiples résolutions de l’ONU et dénonce par ailleurs "les violations des droits de l’homme dans les territoires occupés commises sur la population civile sahraouie" et exige, a-t-on ajouté, "la cessation immédiate de la répression, la libération de tous les prisonniers sahraouis, militants des droits humains et la cessation du pillage des ressources naturelles et le libre accès des observateurs internationaux aux territoires sahraouis occupés.

Le conseil des iles canaries, ajoute-t-on de même source, "a l'intention de continuer à soutenir des projets d'aide humanitaire visant à atténuer les graves pénuries de produits de base dans les camps de réfugiés  et demande par ailleurs "au gouvernement central de Madrid de reconnaître le Front Polisario en tant que représentant légitime du peuple sahraoui  et d’avoir une attitude plus active dans ce conflit, en tant qu'ancienne puissance coloniale.

Le conseil provincial des iles canaries demande au gouvernement espagnol "de défendre les résolutions de l'ONU relatives à l’organisation d’un référendum d'autodétermination, le respect des droits de l'homme au Sahara occidental, l’arrêt du pillage des ressources naturelles et de se conformer à la légalité internationale, conclut-on. (SPS)

020/090/700 212200 FEV 017 SPS