Ouverture de la 41ème édition de l'Eucoco à Vilanova

Vilanova (Espagne), 18 nov 2016 (SPS) Les travaux de la 41ème édition de la Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco2016) se sont ouverts vendredi dans la ville espagnole de Vilanova (Barcelone) en présence d’un nombre important de parlementaires et de représentants des gouvernements de divers pays outre des associations amies avec le peuple sahraoui.

La séance d'ouverture a été marquée par un vibrant hommage organisé en l’honneur du défunt Président  de la République Mohamed Abdelaziz au cours duquel un film documentaire sur la vie et le parcours de ce symbole qui incarne la lutte de tout un peuple a été présenté à l'assistance.

La veuve du président Khadija Hamdi a dans ce cadre présenté une brève intervention dans laquelle elle a souligné l’amour que vouait le défunt président à son peuple et sa détermination à lutter pacifiquement pour que son pays recouvre sa liberté.

Mohamed Abdelaziz "a consacré toute sa vie au service de son peuple", a-t-elle dit avant d’ajouter "qu’il croyait fermement au rôle du mouvement international de soutien à la cause sahraouie qui va connaître tôt ou tard son dénouement et au rôle joué par l’Algérie dans cette question ainsi que le rôle des pays africains".

La séance d’ouverture a donné lieu par ailleurs à l’intervention du président de la coordination espagnole des associations amies avec le Sahara Occidental, José Taboada qui a souligné l’importance de cette nouvelle conférence et les messages qu’elle compte porter à la communauté internationale.

Il a rappelé que "le mouvement de solidarité espagnol ne cessera jamais d’accompagner la lutte du peuple sahraoui jusqu'à ce qu’il soit rétabli dans ses droits, et l’Espagne, a-t-il ajouté, doit parachever le processus de décolonisation du Sahara Occidental".

M. Taboada a souligné que l’Espagne a une occasion en décembre prochain lorsqu’elle présidera le Conseil de sécurité des Nations unies de "réparer les injustices et ses erreurs du passé en usant de tout son poids pour impulser un débat effectif devant mener à la fixation d’une date pour le référendum d’autodétermination et l’élargissement des compétences de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme".

Pour sa part, le représentant de l’intergroupe parlementaire espagnol pour la paix au Sahara, D. Ortega, a indiqué que "l’Espagne est responsable de l’occupation par le Maroc des territoires sahraouis et que la solution à ce conflit qui dure depuis plus de 40 ans doit passer obligatoirement par l’organisation d’un référendum d’autodétermination et permettre ainsi au peuple sahraoui d’exercer son droit fondamental, celui de décider librement de son avenir".

Lui succédant la parole, le président de l’Eucoco, Pierre Galant a rendu un hommage au mouvement de solidarité internationale qui exige l’organisation d'un référendum d’autodétermination au Sahara Occidental.

Il a également exigé de l’Espagne de remettre les pendules à l’heure en assumant sa responsabilité historique tout en exhortant la communauté internationale à adopter des positions conformes au droit international et aux résolutions onusiennes.

M. Galant a par ailleurs dénoncé les manœuvres par lesquelles "le Maroc essaye de détourner l’attention sur cette cause en fomentant une affaire au leader du front Polisario et actuel président tout comme tout autre régime coloniale".

"Nelson Mandela qui fut le symbole de la lutte et de la résistance en Afrique du sud était traité à une certaine époque par le régime d’apartheid comme un terroriste", a-t-il rappelé en guise d'exemple.

Le Dr Said Ayache, président du comité algérien de soutien au peuple Sahraoui, a rappelé la position immuable de l’Algérie vis à vis de cette question.

L’Algérie, a-t-il dit, "restera toujours fidèle à ses principes et accompagnera le peuple sahraoui dans sa lutte jusqu'à ce qu’il sera rétabli dans ses droits conformément à la légalité internationale".

Par ailleurs, le vice-président de l’Assemblée populaire nationale, Merzagui Rami a souligné dans son intervention, après avoir rendu un hommage au défunt président sahraoui Mohamed Abdelaziz, que "l’Algérie restera toujours une terre de liberté et de révolutionnaires et ne cessera pas d’apporter son soutien à la cause sahraouie".

Le temps est venu "pour la communauté internationale d’accélérer la tenue d’un référendum, la protection des civils sahraouis et la libération de tous les prisonniers politiques", a-t-il souligné.

La séance inaugurale de cet événement a été enfin marquée par l’intervention du président du conseil national sahraoui, Khatri Edouh qui a indiqué que la 41ème édition de l'Eucoco est un "événement international qui démontre avec détermination renouvelée, la force, la continuité et l’ampleur du mouvement de solidarité avec la lutte du peuple sahraoui pour la liberté et l’indépendance".

"Après plus de 41 ans, la flamme de la résistance chez le peuple sahraoui ne s'est pas éteinte", a-t-il dit, soulignant que "la conviction et la confiance des sahraouis dans la victoire et l’indépendance se renforcent au fil des jours et le cercle de la solidarité avec la justesse de leur lutte s’élargit davantage".

M. Khatri a ensuite expliqué que "les sahraouis ne sont pas opposés aux relations entre l’Espagne et le Maroc mais l’Espagne de 2016 n’est pas l’Espagne de 1975 et il n’y a aucune justification pour ne pas corriger l’erreur".

La seconde journée de l’Eucoco se poursuivra sous forme d’ateliers qui présenteront en fin de journée les résultats de leurs travaux avant de lire la déclaration finale de cette 41ème édition.(SPS)

093/090/700