Le ministre de la Coopération exhorte l’Espagne à contribuer au règlement du conflit du Sahara occidental

Madrid, 14 nov 2016 (SPS) Le ministre de la Coopération Bulahi Sid a exhorté lundi l’Espagne à contribuer au règlement du conflit du Sahara occidental, 41 ans après l'occupation illégale des territoires sahraouis par le Maroc.

Lors d’une rencontre avec le président de la province espagnole Castille-la manche, Jesus Fernandez Vaquero et des membres de l’intergroupe du Sahara occidental, le ministre sahraoui a rappelé que la question du Sahara occidental "est déjà au Conseil de sécurité de l’ONU" et que "la sympathie internationale pour la cause sahraouie" est grande.

M. Bulahi a également souligné que le peuple sahraoui continuera sa lutte pacifique avec beaucoup de patience pour atteindre son but et une solution juste, durable et définitive.

"Les provocations et le refus du Maroc à se soumettre à la légalité internationale afin d’arriver à une solution pacifique et durable davantage compliqué le conflit", mais , a-t-il ajouté "nous restons confiants que les Nations unies s’activent à trouver une solution pacifique et définitive".

Le ministre sahraoui a en outre "profondément condamné" les accords du 14 novembre 1975, en soulignant que "ces accords ont ouvert les portes à l’invasion marocaine du Sahara occidental" en rappelant que la Mauritanie s’est retirée après avoir reconnu "l’autonomie du peuple sahraoui".

M. Bulahi a par ailleurs indiqué qu’il "est plus urgent de résoudre le conflit avant l’aide humanitaire" car, a-t-il expliqué, "le conflit est la cause de tous les problèmes, une fois réglé, toutes les autres questions seront résolues bien entendu avec l’aide internationale".

Dans le cadre du soutien à la cause sahraouie, le gouvernement provincial de Castille - la manche devrait ratifier une résolution émanant de l’intergroupe parlementaire "paix et liberté au Sahara occidental" qui stipule que "le Sahara occidental est un territoire non autonome en vertu du droit international et n'a jamais appartenu au Maroc et nécessite donc un terme à l'occupationillégale et l'exercice du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination".

Pour sa part, le député Enrique Batallere du parti espagnol (compromis) a indiqué à l’APS que l’intergroupe "paix et liberté au Sahara" au congrès espagnol va présenter prochainement une déclaration institutionnelle pour demander à l’Etat espagnol d’œuvrer pour une "solution juste, pacifique et définitive au conflit du Sahara occidental lorsqu’il présidera en décembre prochain, le Conseil de sécurité des Nations unies".

 Le peuple espagnol soutient le peuple sahraoui, et la marche de samedi dernier à Madrid a prouvé, une fois de plus, la force des liens existant entre les deux peuples et pour ce faire "nous demandons au nouveau gouvernement de Rajoy d’assumer sa responsabilité et d’œuvrer pour une solution définitive afin de mettre fin à ce conflit qui a trop duré".(SPS)

 

020/090/700 141706 NOV 016 SPS