L’AARASD souhaite combler le silence autour des terribles inondations au Sahara occidental occupé

Paris, 08 nov 2016 (SPS) L’Association des amis de la RASD (AARSAD) en France a regretté qu’au moment où le régime marocain organise la COP22, fait la sourde oreille aux terribles inondations au Sahara occidental et qui ont fait plusieurs victimes humaines et animales, des disparus, des destructions des maisons et de souffrance, selon un communiqué de l’AARASD parvenu à SPS.

"En ces temps de COP22, le régime marocain pourrait souhaiter qu'on oublie le Sahara occidental en tant que tel. C'est sans doute pourquoi il fait le black-out, par exemple, sur les terribles inondations qui y ont eu lieu il y a une semaine, avec leur cortège de disparus, de destructions, de souffrance. Notre communiqué souhaite combler ce silence, avec le témoignage aussi d'un défenseur sahraoui des droits de l'homme", a souligné le communiqué. 

"Cependant, et contradictoirement?, ce même régime retient depuis dimanche soir Suelma Beirouk, Vice-présidente du Parlement panafricain, Sahraouie, à l'aéroport de Casablanca, après l'avoir empêchée de descendre de l'avion à Marrakech où elle souhaitait se rendre à la COP22", a, d’autre part ajouté le communiqué.

"On ne sait pas s'ils vont la renvoyer vers Oran, vers Nouakchott, ou la retenir encore pendant des jours... Bien sûr, elle a un passeport diplomatique de l'Union africaine", a déploré l’association.

La situation provoquée par les inondations de la rivière Saguia El-Hamra le 31 octobre 2016 a fait au moins cinq morts, et d’autres portés disparus, des dizaines d’hectares et de maisons endommagés, des centaines de dromadaires, de vaches et de chèvres perdus, un nombre important de voitures emportées par les inondations jusqu’à l’Atlantique, tout un village inondé, selon des militants sahraouis.

Devant cette catastrophe, les autorités marocaines n’ont pris aucune mesure, soit pour prévenir les habitants des dangers, soit pour présenter de l’aide aux sinistrés, ou pour chercher les disparus. Ce rôle a été joué par un groupe de jeunes Sahraouis bénévoles et courageux qui ont été présents dans les régions sinistrées pour offrir de l’aide. Aucune  statistique officielle n’est déclarée, pas de mesures de réparation, c’est "l’indifférence totale", a estimé la même source. (SPS)

020/090/000 081542 NOV 016 SPS