Le comité tanzanien de soutien au peuple sahraoui appelle le gouvernement à poursuivre son soutien à la lutte de Sahraouis pour l'autodétermination et à l'indépendance

Dar es-Salaam, 30 oct 2016 (SPS) Le comité tanzanien de soutien au peuple sahraoui  a demandé au gouvernement de son pays de continuer à soutenir la juste lutte du peuple sahraoui pour l'autodétermination et l'indépendance, dans une déclaration après la visite du roi du Maroc à la République-Unie de Tanzanie.

"Nous avertissons fortement tout en souhaitant que le Gouvernement de la République-Unie de Tanzanie continue son plein soutien au Sahara occidental; et nous exhortons le Gouvernement de la République-Unie de Tanzanie de respecter nos principes de liberté, d'humanité, de bon voisinage et notre dévouement à la lutte pour la justice", a souligné la déclaration du comité dont une copie est parvenue à SPS.

"Nous affirmons la position de la Tanzanie qui reconnaît et soutient le Sahara occidental dans les organismes internationaux tels que l'Union africaine et les Nations Unies", a ajouté le communiqué.

Le comité a salué les efforts de l'Union africaine qui soutiennent la lutte de libération du peuple du Sahara occidental, l'exhortant à redoubler ses efforts pour assurer l’autodétermination du Sahara occidental, dernière colonie en Afrique.

Il a recommandé à l'Union africaine de ne pas admettre l’adhésion du Maroc à l'Union africaine tant que ce dernier ne reconnaisse pas le droit à l'autodétermination du peuple du Sahara occidental.

Le comité a lancé un appel à l'Organisation des Nations Unies pour accélérer le processus référendaire qui assure la libération du Sahara occidental, exigeant l’élargissement des prérogatives de la  mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso) aux droits de l’homme, dans ce territoire, relevant de la responsabilité directe de l’ONU en attente de sa décolonisation par le biais d’un référendum.

Il a condamné l'occupation illégale par le Maroc du Sahara occidental et ses obstacles devant la tenue du référendum  promis par l’ONU depuis sa création de la MINURSO en 1991.

Le comté a enfin appelé à l’arrêt du pillage illicite du Maroc des ressources naturelles, en particulier les mines du phosphate du Sahara occidental, ainsi que la libération immédiate des prisonniers politiques et des militants des droits de l’homme sahraouis dans les prisons marocaines. (SPS)

020/090/TRD 301535 OCT 016 SPS