Le POLISARIO est disponible à œuvrer avec ses partenaires de l'UE pour le respect des ressources naturelles du peuple sahraoui

Bruxelles, 15 sept 2016 (SPS) Le Front Polisario a réaffirmé sa disponibilité à œuvrer  avec ses partenaires de l'UE, afin de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour la reprise d'un processus politique qui garantit le respect des droits du peuple sahraouis et des ressources naturelles du Sahara occidental, a indiqué le coordinateur sahraoui avec la Minurso, M. Mhamed Khadad, dans un communiqué en réaction aux conclusions de l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) Melchior Wathelet.

L’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) Melchior Wathelet a considéré mardi que l’accord UE-Maroc sur la libéralisation des échanges des produits agricoles et de la pêche ne s’applique pas au Sahara occidental qui "ne fait pas partie du  territoire du Maroc".

"Ceci est un avis important qui réaffirme une fois de plus que selon le droit international, le Sahara occidental ne fait pas partie du Maroc", a souligné M. Khadad.

"En faisant appel de la décision de la Cour, l'UE ne parvient pas à respecter ses obligations internationales. L'UE  a, à la fois une obligation morale et légale de protéger les droits du peuple sahraoui dans sa lutte pour l'autodétermination et de la recherche d’une résolution pacifique du conflit", a estimé le diplomate sahraoui.

"Il est surprenant de voir la France mener le processus d'appel et entraver toujours tous les efforts pour une solution politique du conflit au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies, comme se fut le cas une fois de plus lors de la réunion du Conseil de vendredi dernier", a-t-il regretté.

Le tribunal de la CJUE avait annulé le 10 décembre dernier l’accord UE-Maroc sur la libéralisation des échanges des produits agricoles et de la pêche signé en 2012 au motif qu’il incluait  le territoire du Sahara occidental.

Le Tribunal a considéré que le Conseil de l’UE qui approuvé cette accord avait manqué à son obligation d’examiner si  l’exploitation des ressources naturelles du territoire du Sahara occidental sous contrôle marocain se fait au profit de la population sahraouie.

Le Conseil de l’UE a introduit, quelques semaines après, un pourvoi devant la Cour de justice à l’encontre de l’arrêt du Tribunal, rappelle-t-on. (SPS)

020/090/TRD 151244 SEPT 016 SPS