Le Polisario met en garde contre les conséquences "désastreuses" de l’aggravation de la situation au Sahara occidental

Bir lahlou (territoires sahraouis libérés), 15 aout 2016 (SPS) Le Front Polisario a appelé l’ONU à la nécessité d'une action urgente à travers des sanctions immédiates contre le Maroc, afin  empêcher l'aggravation de la situation dont les conséquences sont désastreuses, et mettre un terme à de tels comportements marocains qui affectent la crédibilité du Conseil de sécurité de l'ONU et menaçant les efforts de règlement sérieux au conflit du Sahara occidental.

Dans une lettre adressée au SG de l’ONU, Ban Ki-moon, le Front Polisario a informé l’ONU qu’en date du 11 Août, 2016, les forces d'occupation marocaines ont procédé au Sahara occidental et à plusieurs reprises, à traverser le mur militaire marocain vers la zone Alguergarat, située dans le secteur de la 1ère région militaire sahraouie.

Les forces marocaines ont mobilisé des unités militaires, en violation de la zone en question, soutenues par des unités mobiles de transport et de génie militaire, appuyées par une reconnaissance aérienne, a ajouté la lettre du président de la République, SG du front Polisario, Brahim Ghali au SG de l’ONU.

Pour le front Polisario qui exprime sa disponibilité à coopérer avec l'ONU en général, et particulièrement la coordination pour garantir la sécurité dans la région, "toute argumentation présentée par  l'occupant marocain pour ces agissements demeure  infondée et rejetée".

De tels comportements s’inscrivent dans le cadre de l'escalade systématique du Maroc, dont le dernier exemple ce fut l’expulsion de la composante civile et la MINURSO, dans un précédent dangereux, visant à saper le mandat de la mission de la mission et une atteinte aux décisions et aux pouvoirs du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le Maroc persiste également dans ses violations des droits de l'homme et ses pratiques coloniales répressives contre les civils sans défense sahraouis, dont  l'assassinat du jeune sahraoui Mohammed Fadel Hnan à Dakhla (territoires occupés du Sahara occidental), en date du 10 août 2016.

"A travers cette nouvelle initiative, le Maroc tente de dissimuler la réalité de son rôle capital, en sa qualité de plus grand producteur et exportateur de cannabis de stupéfiants dans le monde,  en inondant la région de la drogue, et dans le financement et l’encouragement des gangs du crime organisé et des groupes terroristes", a estimé le président de la République.

Le Front Polisario avait déjà averti qu’en l’absence de pressions directes contre l'Etat marocain de la part de la communauté internationale sur cette approche intransigeante et aventureuse, pourrait se traduire comme un feu vert au Royaume du Maroc pour procéder à une nouvelle agression militaire contre le peuple sahraoui, rappelle-t-on. (SPS)

020/090/TRD 151654 AOUT 016 SPS