La sortie de la Grande Bretagne de l'UE, profitable à la cause sahraouie

Londres, 30 juin 2016 (SPS)- Le représentant du Front Polisario à Londres, M.Mohamed Ali Mohamed Limam a affirmé que la sortie de la Grande Bretagne de l'Union Européenne "pourrait alléger la pression exercée actuellement sur le Maroc, mais la position britannique évoluera progressivement vers le soutien à la cause sahraouie".

Dans un entretien accordé au site "Al-Sahrawi", M. Limam a indiqué que le Front Polisario et le Gouvernement sahraoui respectaient la décision du peuple britannique concernant la sortie de son pays de l'UE, ajoutant que "les lois de la Grande Bretagne ne seront plus soumises aux lois de l'UE, et du moment que la Grande Bretagne de possède pas d'investissements dans le Sahara occidental,

La position de ce pays est appelée à se durcir notamment au niveau de l'ONU".

Dans ce contexte, M. Limam a estimé que "la position actuelle de la Grande Bretagne vis à vis de la question sahraouie est avancée par rapport à d'autres pays influents, mais reste insuffisante", dénonçant les vaines "tentatives marocaines visant à l'affaiblir".

En sa qualité de membre permanent au Conseil de Sécurité et au sein du groupe des amis du Sahara occidental, la Grande Bretagne jouit d'une grande importance dans l'action diplomatique visant à collecter une position avancée de tous les pays concernant la question sahraouie, notamment ceux ayant la qualité de membre permanent au sein du Conseil de sécurité, a précisé le responsable sahraoui.

La position de la Grande Bretagne durant ces dernières années a connu un progrès important par rapport aux autres membres du Conseil de Sécurité, a-t-il estimé.

La position officielle avancée de la Grande Bretagne a été possible à la faveur du "rôle efficient du groupe parlementaire pour le Sahara occidental et le mouvement de solidarité avec le peuple sahraoui ainsi que l'action et les efforts du bureau du Front Polisario à Londres, l'un des plus anciens bureaux du front en Europe", a-t-il expliqué.

 

Le gouvernement britannique, a-t-il indiqué, a fait preuve d'une "position courageuse quant à l'accord de pêche conclu entre l'UE et le Maroc car incluant les eaux territoriales. La Grande Bretagne a refusé de voter comme mentionné dans la lettre adressée par le ministère britannique des Affaires étrangères le 13 décembre 2013 sur l'accord de pêche".

Il a également souligné que le ministère britannique des Affaires étrangères suivait de près la situation des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés à travers les visites effectuées par l'ambassade de la Grande Bretagne à Rabat dans les territoires occupés pour s'enquérir de la situation des droits de l'homme.(SPS).

 

 

97/90/3017400700016