Le Comité des familles des prisonniers politiques sahraouis (groupe Gdeim Izik) appellent à la libération "immédiate et inconditionnelle" de leurs fils

El Aaiun (territoires occupées du Sahara occidental), 28 juin 2016 (SPS) Le Comité des familles des prisonniers politiques sahraouis  (Groupe Gdeim Izik) a appelé mardi à la libération "immédiate et inconditionnelle" de leurs fils, ainsi que la garantie de leur droit à "un procès équitable et transparent".

Dans un communiqué publié à l'occasion de la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture, qui coïncide avec le 26 juin, le Comité "a appelé le Conseil des droits de l'homme et le Groupe de travail spécial de l'ONU sur la détention arbitraire pour faire pression sur le Maroc afin d’annuler les procès iniques prononcés à leur encontre par une cour martiale marocaines sur la base des aveux  des prisonniers politiques sahraouis tenus sous la torture".

Le comité a également demandé de juger les responsables de la torture contre les prisonniers politiques sahraouis Groupe Gdeim Izik , rappelant les cas cités dans le rapport publié de mars 2013, relatant en détail les types d'abus et d'humiliation dont  ont été victimes des militants sahraouis et des défenseurs de droits humains dans les prisons marocaines".

Dans ce contexte, plusieurs organisations de défense des droits, telles que Amnesty International, Human Rights Watch et le réseau euro-méditerranéen ont suivi la situation des prisonniers sahraouis de groupe Gdeim Izik et ont demandé à permettre à ces prisonniers d’être juger par un tribunal civil et avec toutes les garanties d'un procès équitable et indépendant. (SPS)

020/090/TRD 2817137 JUIN 016 SPS