Retour de la Minurso: le Maroc a tenté de faire échouer une mission de l’ONU

Washington, 14 juin 2016 (SPS) Le Maroc a tenté de faire échouer une mission technique des Nations Unies dépêchée à el Aaiun pour négocier le retour du personnel de la Minurso expulsé par Rabat, a indiqué au Nicargua Ahmed Boukhari, le représentant du Front Polisario auprès de l’ONU.

"L'information dont nous disposons est que les autorités marocaines ont tenté de détourner cette mission technique de son but " a déclaré M. Boukhari, lors de la session 2016 du comité spécial de la décolonisation de l’ONU, dit comité des 24 qui se tient au Nicaragua.

Selon M. Boukhari, les autorités marocaines on essayé de détourner cette mission de son objectif en voulant donner un aspect touristique à la visite de la délégation onusienne qui s’est rendue vendredi dernier à El Aaiun pour débattre du rétablissement de la Minurso.

Le Maroc a également contourné les discussions techniques, prévue à cet effet, en orientant la rencontre avec la mission de l’ONU vers un débat politique sur la question du Sahara Occidental, a fait savoir le responsable sahraoui.

" Encore une fois les singeries du Maroc démontrent que Rabat continue de jouer pour gagner du temps", a-t-il dit.

Le représentant du Front Polisario a considéré que l’attaque "irrespectueuse" ayant visé Ban ki-moon et la décision unilatérale d’expulser la composante civile de la Minurso démontrent que " la puissance occupante a opté pour une confrontation avec la communauté internationale dans le but de mettre un terme au processus de paix, et de faire basculer la région vers les pires scénarios".

 

Le Conseil de sécurité doit agir

 

M. Boukhari a rappelé à ce titre la résolution du Conseil de sécurité, adoptée en avril qui a souligné l'urgence de rétablir la Minurso dans la plénitude de son mandat, en lui permettant d'organiser un référendum d'autodétermination.

Et d’enchaîner que la résolution a également invité le chef de l’ONU et son envoyé personnel, Christopher Ross à lancer un cinquième round de négociations officielles entre le Front Polisario et le Maroc.

" Le Conseil de sécurité doit agir maintenant, et ne pas attendre jusqu'au 30 Juillet quand le secrétaire général présentera son rapport sur les développements liés au retour du personnel de la Minurso", a-t-il mis en garde.

Le maintien de la colonisation du Sahara Occidental est " un crime international contre le peuple sahraoui, mais aussi une menace permanente pour la paix et la sécurité régionales", a relevé M. Boukhari qui a demandé au comité des 24 d’organiser une session extraordinaire sur la question sahraouie et d’envoyer une mission dans les territoires occupés afin d’actualiser ses données sur ce dossier.

Le Front Polisario, seul représentant du peuple sahraoui

 

M. Boukhari a tenu à préciser, par ailleurs, que le Front Polisario est le représentant légitime du peuple sahraoui au comité des 24, tel que reconnu par l’ONU et la charte des Nations Unies.

Ce comité continu, toutefois, "de faire objet de manœuvres et d’intimidation de la part du Maroc qui tente de semer la confusion et l’ambiguïté sur les revendications légitimes du peuple sahraoui," a-t-il dénoncé en appelant ses membres à reconnaître l’illégalité des exercices politique, administrative et électorale menés par le Maroc dans les territoires occupés.

" Ces exercices ne doivent pas être utilisés comme outils pour interférer dans les responsabilités et les obligations de ce comité qui a été créé pour éliminer le colonialisme et non pas le légitimer ", a-t-il rappelé à ce propos. (SPS)

020/090/700 141811 JUIN 016 SPS