La CONASADH exprime sa préoccupation face à la dégradation de l’état de santé du prisonnier sahraoui Abdelkhalek Merkhi

Bir Lahlou (territoires libérés de la RASD), 02 mai 2016 (SPS) La Commission nationale des droits de l’homme (CONASADH) a exprimé dimanche sa profonde préoccupation quant à la grave dégradation de l’état de sante du prisonnier politique et militant sahraoui des droits de l’homme, Abdelkhalek Merkhi, en grève illimitée de la faim depuis le premier avril dans la prison locale de Tiznit (Maroc).
Dans un communiqué de presse dont une copié est parvenue à la SPS, la CONASADH a souligné que la situation de sante du prisonnier sahraoui s’est " sérieusement" dégradée en raison de complications de sa grève de la faim, ajoutant qu’il soufre d’évanouissement et des "difficultés de pouvoir marcher ou bouger naturellement".
La commission a imputé aux autorités marocaines la responsabilité de la sûreté de la vie du prisonnier politique sahraoui, réaffirmant sa solidarité avec lui et ses demandes légitimes qui se conforment aux exigences et conventions internationales pertinentes.
Le communiqué a appelé toutes les organisations internationales des droits de l’homme et humanitaires et les personnes éprises de la liberté à exercer des pressions sur le gouvernement marocain pour sauver la vie du prisonnier politique sahraoui et à œuvrer pour répondre à ses demandes légitimes.
La commission sahraouie a également condamné les plaintes injustes et dangereuses présentées par les autorités judiciaires marocaines  contre le militant sahraoui et les prisonniers sahraouis qui réclament le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance.
L’organisation sahraouie a appelé l’ONU à créer un mécanisme  indépendant pour surveiller et rapporter  la situation des droits de l’homme et poursuivre les responsables marocains accusés de violations graves commises contre les civils sahraouis.
 
La commission a en outre appelé à la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques et les militants sahraouis et l’annulation de toutes les peines injustes prononcées à leur encontre. (SPS)
093/090/TRD