"Les positions irresponsables du Maroc mettent la région dans une situation aux conséquences inconnues"

Alger, 25 avr 2016 (SPS) Les positions "irresponsables" adoptées récemment par le Maroc "mettent la région dans une situation aux conséquences inconnues", a souligné lundi à Alger le président du Conseil national, Khatri Addouh.

Intervenant au terme de ses discussions avec le président de l'Assemblée populaire nationale algérienne (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, M. Addouh a déclaré que "le Maroc met la région dans une situation aux conséquences inconnues, en réduisant la composante de la mission de la Minurso sur une décision unilatérale", appelant le Conseil de sécurité à réagir et à adopter "une position ferme" à l'égard de ces agissements "irresponsables et négatifs".

M. Addouh a indiqué avoir évoqué avec M. Ould Khelifa les derniers développements de la question sahraouie, particulièrement le rapport récemment présenté par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon au Conseil de sécurité au terme de sa dernière visite dans la région.

A la lumière de ce rapport, le Conseil de sécurité s'attelle à débattre de la question sahraouie et des positions "dangereuses" récemment  adoptées par le Maroc.

Il a, dans ce sens, rappelé l'acharnement du Maroc contre le SG de l'ONU et ses tentatives d'entrave aux efforts de son envoyé personnel au Sahara occidental, Christopher Ross.

Par ses positions, le Maroc "ne tente pas seulement de geler le processus de règlement mais de le faire échouer", a indiqué M. Addouh.

Le responsable sahraoui s'est dit convaincu que le conseil de sécurité répondra "avec fermeté" à ses dépassements en rétablissant la Minurso dans son mandat et dans ses prérogatives et en arrêtant un calendrier précis et détaillé pour un règlement sur la base d'un référendum d'autodétermination.

Pour le président du conseil national sahraoui, les agissements du Maroc dénotent une immixtion dans les prérogatives du Conseil de sécurité qui a désigné et mis en place la Minurso en 1991 en lui confiant la mission de réunir les conditions nécessaires pour la tenue de cette échéance décisive.

Il s'est par ailleurs félicité de la décision du Conseil de sécurité d'entendre l'envoyé spécial de l'Union africaine, l'ancien président mozambicain Joaquim Chissano, une démarche qui, espère-t-il, devra dégager une position ferme et urgente de cet organe onusien.

M. Addouh a, de nouveau, rendu hommage, à l'Algérie pour son soutien "constant" à la cause sahraouie et au peuple sahraoui pour son droit à l'autodétermination.

Le président du conseil national sahraoui est arrivé dimanche à Alger pour une visite de trois jours à l'invitation du président du conseil algérien de la nation Abdelkader Bensalah.

020/090/700  251656 AVR 016 SPS