Sahara Occidental: les derniers développements, une menace pour la stabilité régionale (Oxfam)

Londres, 30 mars 2016 (SPS) Les développements récents au Sahara Occidental occupé marqués par l’expulsion des membres de la mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental (MINURSO) et la fermeture de son bureau de liaison à Dakhla (territoires sahraouis occupés) par le Maroc, constituent une menace pour la stabilité régionale, a affirmé mercredi à Londres, l’organisation internationale, Oxfam, basée à Londres.

Oxfam a exprimé ses inquiétudes et sa "profonde préoccupation" quant aux derniers évènements au Sahara Occidental depuis la visite du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, aux camps des réfugiés et aux territoires libérés à Bir Lahlou, estimant qu’ils pourraient "exacerber les tensions au Sahara Occidental et mettre la région sur le bord d'un conflit armé".

"L'expulsion du Sahara Occidental de 73 soldats de la paix civile (de la Minurso, ndlr) et la fermeture, à Dakhla, du bureau de liaison de la mission de maintien de la paix au Sahara occidental", sont "une provocation dont les conséquences pourraient être d’une extrême gravité", s’inquiète Oxfam.

Le responsable du groupe Oxfarm qui active dans les camps sahraouis, Soazic Dupuy, a déclaré que "la mise à la retraite de la négociation et du processus du maintien de la paix des Nations unies, augmentera le risque de violence et prolongera inutilement le conflit".

Il a qualifié d'"inhumain" de prolonger la souffrance de près de trois générations de réfugiés sahraouis, estimant "urgent et essentiel" de régler ce conflit qui n’a que trop durer, afin de lui éviter tout escalade.

L’organisation a appelé le gouvernement marocain à soutenir le rôle et le maintien du mandat de la Minurso, encourageant les parties en conflit à  reprendre "en urgence les négociations".

Oxfam a réaffirmé son "soutien à la résolution de l'ONU pour une solution politique juste et durable, acceptable pour toutes les parties, y compris le droit à l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental".

Oxfam rappelle qu’elle ne cessera pas d’appuyer le Sahara Occidental, et d’apporter son aide humanitaire "aux nombreux réfugiés sahraouis vivant dans des camps de réfugiés près de Tindouf, en Algérie", comme elle le fait depuis 40 ans.

"La communauté internationale doit rapidement user de ses efforts diplomatiques pour faire pression afin d'éviter une nouvelle détérioration de la crise humanitaire", affirme l’organisation.

Elle ajoute que les Sahraouis "méritent un processus de paix négocié et la possibilité de vivre une vie juste et digne".

Créée en 1942 en Grande-Bretagne, Oxfam (Oxford Committee for Relief Famine) est, depuis 1995, une confédération internationale réunissant plusieurs organisations non gouvernementales, dont l’objectif est de lutter contre la pauvreté et l’injustice, entre autres. (SPS)

020/090/700 301750 MARS 016 SPS