Le Polisario appelle le Conseil de sécurité à assumer ses responsabilités envers la décolonisation du Sahara occidental (texte intégral de lettre du président de la République)

Bir Lahlu, 21mars 2016 (SPS) Le Front Polisario a lancé un appel urgent au Conseil de Sécurité pour assumer ses responsabilités en tant que mandataire et premier responsable de la MINURSO et garant de la mission dont elle a été investie, à savoir l'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara occidental, a indiqué une lettre du président de la République SG du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz adressée au  président du conseil de sécurité, Ismael A. Gaspar Martins.

 

 

Voici à présent le texte intégral de la lettre remise au président du CS par le représentant du Front Polisario à New York, Boulhari Ahmed, dont une copie est parvenue à SPS:

"AB/e/sg/2/03/2016

 

Son Excellence

M. Ismael A. Gaspar Martins

Président du Conseil de Sécurité

de l’Organisation des Nations Unies

New York

Monsieur le Président

J’ai l’honneur de vous faire parvenir ci-dessous le texte de la lettre que le Secrétaire général du F. Polisario, M. Mohamed Abdelaziz, vous adresse :

 

« S.E.M.

M. le Président du Conseil de Sécurité

de l’Organisation des Nations Unies

 

 Bir Lehlou, le 21 Mars 2016

 

Excellence,

Nous suivons avec une légitime préoccupation les récents et graves développements qui ont eu lieu au Sahara Occidental par lesquels le Royaume du Maroc a mis l’ONU et  son Conseil de sécurité devant une série de faits accomplis qui témoigne d’une volonté délibérée de compromettre tous les efforts que la Communauté internationale déploie depuis plus de 40 ans, en vue de parachever la décolonisation du dernier territoire africain inscrit sur la liste des territoires non-autonomes. 

Devant ces graves développements, le Front Polisario veut réitérer sa pleine confiance dans les efforts que mène l’Organisation des Nations Unies sous l’autorité du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée Générale en vue de parvenir à une solution pacifique qui garantit le droit inaliénable du Peuple du Sahara Occidental à l’autodétermination,  conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée Générale de l’ONU et aux résolutions de l’Organisation de l’Union Africaine.

Le Front Polisario qui réaffirme son plein attachement au mandat de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un Référendum d'autodétermination au Sahara Occidental, a, tout le long du processus, fait preuve d’une attitude positive et de coopération avec tous les Organes Nations Unies ainsi que la MINURSO, et n’a cessé d’attirer l’attention du Conseil de sécurité et du Secrétariat Général sur les dangers que l’obstruction marocaine fait peser, et ce depuis des années, sur le processus de paix.

Le Front Polisario condamne fermement la décision irresponsable du Royaume du Maroc d’expulser une grande partie du personnel de  la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un Référendum d'autodétermination au Sahara Occidental (MINURSO) et lui endosse l'entière responsabilité des conséquences qui en découleront.

Tout en réitérant son ferme attachement au mandat originel de la MINURSO, dans son esprit et sa lettre, tel qu’énoncé dans les résolutions  690 (1991) du 29 avril 1991 et 725 (1991) du 31 décembre 1991, le Front Polisario  met en garde contre la volonté de la puissance occupante de pervertir ce mandat pour en faire un outil de protection de l’occupation. Le mandat de la MINURSO ne peut être réductible à la surveillance du cessez le feu qui serait arbitrairement dissocié de la cohérence du plan de règlement. En effet, le cessez-le-feu est indissociablement lié à la préparation et à la tenue du référendum d’autodétermination.

De la même manière, le Front Polisario voudrait souligner que les composantes civile, politique et militaire de la MINURSO sont déployées sur le territoire du Sahara occidental sur lequel le Royaume du Maroc n’exerce aucune souveraineté au regard du droit international. Il convient de rappeler, à cet égard, que l’Assemblée Générale de l’ONU a, à plusieurs reprises, eu l’occasion, notamment dans ses résolutions 34/37 du 21 novembre 1979 et 35/19 du 11 Novembre 1980,  de "déplorer vivement l’aggravation de la situation découlant de l’occupation du Sahara Occidental par le Maroc".

La récente décision du Maroc d’expulser le personnel formant la composante civile, politique et administrative de la MINURSO signifie à terme la fin de la mission pour laquelle celle-ci a été créée. La mise en œuvre de cette dangereuse décision constitue une violation par le Maroc des résolutions du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée Générale et une transgression des principes et des objectifs édictés dans la Charte des Nations Unies.

Le Front Polisario réaffirme son attachement au plan de règlement signé par les deux parties, le Front Polisario et le Royaume du Maroc, sous l’égide des Nations Unies et de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) en 1991 qui a donné lieu au déploiement de la MINURSO.

Face à ces développements dangereux, le Front Polisario lance un appel urgent au Conseil de Sécurité pour assumer ses responsabilités en tant que mandataire et premier responsable de la MINURSO et garant de la mission dont elle a été investie, à savoir l'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara occidental.

Il tient, également, à rappeler que l’Assemblée Générale avait, dans sa résolution 47/25 du 25 Novembre 1992,  "fait sienne le contenu de la lettre , en date du 31 aout 1992, adressée   au Secrétaire général par le Président du Conseil de sécurité   par laquelle les membres du Conseil estiment, comme le Secrétaire général , que les deux parties doivent respecter scrupuleusement les dispositions du cessez-le –feu, s’abstenir de toutes provocations susceptibles de compromettre le succès du plan et expriment l’espoir qu’elles porteront leur plein concours au secrétaire général et au Représentant spécial dans les efforts qu’ils font pour hâter la mise en œuvre du plan et qu’ils feront des efforts exceptionnels afin d’assurer le succés du plan".

Le Peuple du Sahara Occidental qui attend depuis plus de 40 ans dans la souffrance et l’exil a placé sa confiance en l’ONU qui, en retour, doit assumer pleinement sa responsabilité vis-à-vis du territoire du Sahara Occidental et de son Peuple.

Le Front Polisario prend à témoin le Conseil de Sécurité de l’ONU contre toute manifestation probable de l’aventurisme et de l’expansionnisme marocain qui constituerait une nouvelle escalade de l’agression et une menace sérieuse à la sécurité régionale.  

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma très haute considération.

Mohamed Abdelaziz

Secrétaire général du Front Polisario, président de la république arabe sahraouie démocratique (RASD)". (SPS)

020/090/100 211809 MARS 016 SPS